Temps de lecture à propos de 2 minutes

Google dégaine son truc en plus pour contrer Facebook

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2011-06/2011-06-28/article_googlePlus.jpg
WEB – La firme a dévoilé le projet Google+, un réseau qui mise sur le cloisonnement des relations pour mieux partager...

Google essaie encore une fois. Après avoir lancé un paquet de fonctions sociales (Orkut, Wave, Buzz, Latitude) qui ont, à des degrés divers, implosé en vol, la firme américaine a dévoilé, mardi, le «projet Google+». Officiellement, ceci n'est pas un concurrent de Facebook, jure l'entreprise de Mountain View. Pourtant, Google+, lancé dans un premier temps sur invitation uniquement, ressemble à un réseau social et propose les fonctions d'un réseau social. Au-delà de langue de bois, le lancement sans roulement de tambour et les ambitions modestes en disent long: Google sait que la pente sera raide pour parvenir à se faire une place entre les 700 millions de profils Facebook et le bruit médiatique de Twitter.

Au programme de Google+, on trouve:

  • Circles: les cercles d'amis. Les contacts se glissent vers des groupes cloisonnés, afin d'offrir un partage sur mesure. Facebook dispose d'une fonction similaire (listes et groupes) peu mise en avant, qui n'a jamais vraiment décollé. Dans Google+, on peut «suivre» une personne comme dans Twitter sans son autorisation, mais on n'a accès qu'aux informations partagées publiquement.
  • Sparks: les centres d'intérêts. Il ne s'agit pas (que) de proposer de la pub encore mieux ciblée: actu, photo, vidéo... Google+ suggère des liens pertinents.
  • Hangouts: le chat vidéo groupé. Peut-être la fonction la mieux finie pour apporter un peu de convivialité dans un monde en ligne décentralisé. Supporte jusqu'à 10 personnes. Une vidéo visionnée par un membre est partagée avec les autres.
  • Huddle: la messagerie groupée. Exploite les listes créés dans Circles.
  • Mobile: le partage géolocalisé via smartphone (photo, vidéo, check-in dans un restaurant etc)
  • Stream: l'équivalent des flux Facebook, centralisés sur une page en scroll infini.
  • Une barre d'outil, située sous la barre d'adresse (photo) lorsque l'on se trouve sur un site Google, pour un partage plus facile.



De la masse critique

C'est toujours la même histoire: pour décoller, un réseau social a besoin d'atteindre une certaine masse critique. Pour cela, il faut qu'il propose un vrai plus pour séduire les habitués de Facebook et de Twitter. A première vue, pas sûr que cela soit le cas pour Google+. Mais selon l'entreprise, cet effort, après le lancement du bouton «+1» (équivalent du like), n'est que la première étape d'un virage social.

Premier bon point, l'interface, simple et efficace, est moins chargée que celle de Facebook. Echaudé par la polémique sur la vie privée avec Buzz, Google+ semble également offrir des outils sur mesure pour personnaliser facilement ce qu'on partage, et avec qui. Le lancement, alors que la croissance de Facebook ralentit fatalement et qu'une certaine lassitude semble toucher certains, arrive plutôt au bon moment. Quand on a 800 «amis» sur Facebook et plusieurs milliers de followers Twitter, on perd en effet une certaine convivialité. Selon une étude de l'université de l'Indiana, le nombre maximum de relations actives que notre cerveau peut supporter plafonne à 150. En misant sur des petits groupes, Google pourrait peut-être toucher gros.

Note:
20minutes.fr


Google dégaine son truc en plus pour contrer Facebook

Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !