Temps de lecture à propos de 2 minutes

Projet de construction du plus grand parc éolien d’Afrique au Kenya

Projet de construction du plus grand parc éolien d’Afrique au Kenya

Projet de construction du plus grand parc éolien d’Afrique au Kenya

La construction du plus grand parc éolien d’Afrique devrait commencer dans quelques mois dans le nord semi-désertique du Kenya, une fois définitivement bouclé le montage financier du projet.

Le projet, d’un coût total de 585 millions d’euros (775 M USD), vise à élever 365 éoliennes sur 162 km2 à proximité du Lac Turkana, une des régions au monde où le vent souffle à la fois le plus fort (11 metres/seconde en moyenne) et de façon la plus régulière et prévisible.

Le plus important parc éolien en Afrique est aujourd’hui celui de Melloussa, près de Tanger (Maroc), avec 165 éoliennes et une puissance installée de 140 MW.

Après sept ans d’études, de négociations et de contretemps, le montage financier du projet kényan est désormais bouclé, même s’il reste suspendu à des garanties des institutions Ida et Miga de la Banque Mondiale, espérées pour juin, a indiqué Carlo Van Wageningen, président du projet Lake Turkana Wind Power. "Tous les contrats sont en place, nous sommes prêts à démarrer" les travaux sitôt ces garanties obtenues.

Il faudra d’abord réhabiliter ou construire 204 km de route dans le nord du Kenya, qu’emprunteront les camions qui assureront 12.000 rotations pour amener le matériel dans cette région déshéritée. "Nous sommes au milieu de nulle part là-bas, il n’y a aucune infrastructure", relève M. Van Wageningen, pour qui l’endroit évoque "les photographies de la surface de la lune".

En même temps sera édifiée sur 428 km une ligne électrique haute tension reliant le parc éolien au principal échangeur électrique du pays, à Suswa, pour un coût supplémentaire de 142 M EUR (188 M USD).

Le parc éolien doit commencer une production de 50 MW courant 2014 et arriver à pleine capacité "fin 2014, début 2015", date à laquelle il disposera d’une puissance installée de 300 MW, soit une puissance effective de 160 MW délivrée au réseau kényan, d’une capacité actuelle de 1.400 MW.

Le consortium a signé avec le fournisseur public Kenya Power un contrat de vente sur 20 ans à 7,52 centime d’euro/kw heure, le plus bas du marché au Kenya avec l’énergie géothermique. "Vous pouvez produire ici de l’énergie éolienne à un coût intéressant, sans subvention", contrairement à l’Europe, souligne M. Van Wageningen.

La Banque africaine de développement (BAD) indique pour sa part "être à la tête du processus de financement" du projet, en tant que principal facilitateur du prêt couvrant 70% du coût du projet, aux côtés des banques britannique Standard Bank et Netbank (Afrique du Sud). Le financement des 30% restant est assuré par plusieurs fonds d’investissement et co-développeurs du projet, dont Aldwych et les fonds d’aide au développement norvégien et sud-africain.

Ce projet est "le plus important investissement privé jamais réalisé en Afrique de l’Est" selon M. Van Wageningen.

La ligne haute tension sera pour sa part construite par la compagnie espagnole Isolux Corsan et co-financée par des prêts des gouvernements espagnol et kényan.

Note:
Cder.dz


Projet de construction du plus grand parc éolien d’Afrique au Kenya

Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !